Homélie pour la fête de Marie Mère de Dieu - Année C - Lc. 2, 16-21


par

le Père Daniel Meynen
 
 

"Lorsque les anges les eurent quittés pour le ciel, les bergers se dirent l'un à l'autre : « Allons jusqu'à Bethléem constater cet événement que le Seigneur nous a fait connaître. » Ils s'y rendirent en hâte, et trouvèrent Marie et Joseph, ainsi que le nouveau-né couché dans la crèche. A cette vue, ils racontèrent ce qui leur avait été dit de ce petit enfant. Tous leurs auditeurs s'émerveillèrent au rapport des bergers. Marie, elle, conservait toutes ces choses et les méditait en son coeur. Puis les bergers s'en retournèrent, glorifiant et louant Dieu de tout ce qu'ils avaient entendu et vu, conformément à ce qui leur avait été dit. Quand, après huit jours, il fallut circoncire l'enfant, on lui donna le nom de Jésus, qu'avait indiqué l'ange, avant sa conception."




Homélie :


"Lorsque les anges les eurent quittés pour le ciel, les bergers se dirent l'un à l'autre : « Allons jusqu'à Bethléem constater cet événement que le Seigneur nous a fait connaître. » Ils s'y rendirent en hâte, et trouvèrent Marie et Joseph, ainsi que le nouveau-né couché dans la crèche."


La fête de ce jour se célébrait le 11 octobre avant que n'eût lieu la réforme liturgique promulguée par le second Concile du Vatican. C'est le Pape Pie XI qui institua cette fête pour l'Eglise universelle en 1932, commémorant ainsi le quinzième centenaire du Concile d'Ephèse (22 juin 431). Ce Concile fut très célèbre dans l'histoire de l'Eglise, puisque le dogme de la maternité divine de Marie y fut déclaré solennellement afin de répondre aux attaques véhémentes de Nestorius qui niait cette vérité de foi. Comme la liturgie de Noël chante les gloires de Marie au jour octave de la Nativité, c'est-à-dire huit jours après Noël, il convient parfaitement de célébrer la fête de la maternité divine aujourd'hui plutôt qu'un autre. L'Esprit-Saint qui guide l'Eglise pourvoit ainsi à tous les détails de la divine liturgie !


Remarquons le texte de Saint Luc. Il dit : "Les bergers... trouvèrent Marie et Joseph, ainsi que le nouveau-né..." Saint Luc énumère les personnages : il commence par Marie et il termine par l'Enfant-Jésus. Ceci nous montre en quelque sorte le chemin à suivre pour aller vers Jésus : ce chemin, c'est Marie ! Non pas Marie seule, mais Marie avec Joseph. Marie est toujours Vierge : avant, pendant, et après l'enfantement, Marie conserve pour toujours sa virginité, don de l'Esprit-Saint. Mais, avec Joseph, qui est son Epoux, elle ne fait qu'un, une seule chose, dans ce Mystère qui est celui du mariage véritable. Donc, pour aller à Jésus, nous sommes invités à passer par Marie, ainsi que par Joseph, son Epoux.


Marie met au monde son Enfant nouveau-né, et elle apparaît comme notre médiatrice auprès de son divin Fils ! Marie est Mère de Dieu, et cette mission unique et toute spéciale lui permet, grâce à Dieu, d'être notre intermédaire entre Dieu et nous. Quelle richesse dans ce titre de Mère de Dieu ! Ce privilège est unique, car Jésus, le Fils de Dieu, n'a qu'une seule Mère, comme chaque homme, comme chaque femme qui vient au monde. C'est pourquoi la maternité divine fait de Marie notre médiatrice auprès du Christ, qui est Dieu et Homme tout ensemble. Tous, nous devons aller à Jésus par Marie, car la place qu'elle occupe dans l'Eglise est unique et sans égale : Marie est, par sa maternité divine, la première de tous les fidèles du Christ !


"Quand, après huit jours, il fallut circoncire l'enfant, on lui donna le nom de Jésus, qu'avait indiqué l'ange, avant sa conception."


La circoncision de l'Enfant Jésus est le Mystère que nous célébrons huit jours après Noël, c'est-à-dire aujourd'hui. Saint Luc met l'accent sur le fait que l'Enfant reçoit alors le nom de Jésus, tel que l'avait indiqué l'ange avant sa conception. Ici encore, Marie et Joseph se trouvent réunis dans une commune fonction : celle de donner au Fils de Dieu son nom d'Homme, Jésus. L'ange Gabriel avait dit à Marie : "Tu vas concevoir et enfanter un fils, à qui tu donneras le nom de Jésus" (Lc. 1, 31) ; et l'ange du Seigneur dit à Joseph, en songe : "Ta femme... va mettre au monde un fils, à qui tu donneras le nom de Jésus, car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés." (Mt. 1, 21) Marie et Joseph sont inséparables dans leur relation à Jésus, le Sauveur du monde !


Nous allons bientôt communier au Corps et au Sang du Christ. Demandons à Saint Joseph que Marie soit aussi avec nous, comme elle était avec lui, lorsque nous approcherons de Jésus-Eucharistie. Car nous aussi nous allons proclamer notre foi au Fils de Dieu et dire au fond de notre coeur : "C'est toi Jésus ! C'est toi le Sauveur du monde !" Nous allons nommer le Fils de Dieu par son nom, tout comme Marie et Joseph le firent lors de la circoncision ! Que notre communion de ce jour soit celle de notre salut éternel !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !